| S I T U |
| P H O T O |                

 
|  D é r i v e   e t   d é t o u r n e m e n t  |

 


 

Pour les photos : « De tant d’histoires auxquelles nous participons, avec ou sans intérêt, la recherche fragmentaire d’un nouveau mode de vie reste le seul côté passionnant. Le plus grand détachement va de soi envers quelques disciplines, esthétiques ou autres, dont l’insuffisance à cet égard est promptement vérifiable. Il faudrait définir quelques terrains d’observation provisoires. Et parmi eux l’observation de certains processus du hasard et du prévisible, dans les rues. »
(Guy Debord - "Introduction à une critique de la géographie urbaine")

Pour les textes : « Les deux lois fondamentales du détournement sont la perte d'importance - allant jusqu'à la déperdition de son sens premier - de chaque élément autonome détourné et...

Pour le tout : ...en même temps, l'organisation d'un autre ensemble signifiant, qui confère à chaque élément sa nouvelle portée. »
(Bulletin de l'Internationale Situationniste n°3, p.10 - "Le détournement comme négation et comme prélude")

 

 

Paris - cinéma Alésia-Gaumont

« Autour du quartier, autour de son immobilité fuyante et menacée
s’étendait une ville à demi connue où les gens ne se rencontraient
que par hasard, s’égaraient sans retour.
 »
(Guy Debord)

 

 

 

Paris, "Les Olympiades"

« Ici même, il n’arrivera jamais rien, et rien n’y est jamais arrivé. »
(Guy Debord)

 

 

 

Fontaines-sur-Saône (69)

« Le sujet échappera aussitôt, tombant dans ce qu'il faut bien appeler un non-sens. »
(Sophie Genet)

 

 

 

Baleal (Portugal)

« D'inquiétants quartiers d'arcades pourraient un jour... »
(Guy Debord)

 

 

 

Audresselles (62)

« Le palais des autres jours
d'hier et de demain
»    
(Collectif)

 

 

 

Bétheny (51)

« Un devenir historique réifié dont les dynamiques internes continuent
à nourrir des déterminations qui s’auto-reproduisent.
 »
(Sasha Lipovsky)

 

 

 

Boulogne-sur-Mer (62)

L'erratique errance des convergences de façade.

 

 

 

Paris 14ème

« Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn. »
Dans sa demeure de R'lyeh la morte, Cthulhu rêve et attend.
(Howard Phillips Lovecraft)  

 

 

Lille (59)

« Parlez-moi des formes, j'ai grand besoin d'inquiétude. »
(Paul Éluard)

 

 

 

Paris 14ème

« Les masses informes de résidus urbains. »
(Lewis Mumford)

 

 

 

Paris 12ème

« Un espace de transition, de lisière indéterminée entre la vie et la mort. »
(Valérie Simonnet)

 

 

 

Paris 19ème

Un passé ténébreux où rien hormis l'ennui ne saurait avoir sa place.

 

 

 

Poigny-la-Forêt (78)

« Le lieu du trop-plein signifiant
où l’illisible peut ouvrir les possibilités du lisible.
»
(Sasha Lipovsky)

 

 

 

Paris 19ème - parc de la Villette

« Une mise en scène de la fuite du temps,
sur un espace social condamné
au renouvellement créatif.
»
(Bulletin de l'Internationale Situationniste n°3)

 

 

 

Paris 15ème

L'indéfinissable délimitation des transgressions mentales.

 

 

 

Paris 14ème

« Nous avions décidé que rien ne se définirait
Que selon le doigt posé par hasard sur les commandes d'un appareil brisé.
»
(Paul Éluard)

 

 

 

Tourcoing (59)

Par delà les certitudes du monde.

 

 

 

Bagneux (92)

La tectonique des plaques.

 

 

 

Bagneux (92)

« La dialectique de substitution de la satisfaction à l'exigence d'amour. »
(Jacques Lacan)

 

 

 

Dijon (21)

« Il se situe dans le lieu même de l'écriture du livre. Du côté de la mort. »
(Annie Ernaux)

 

 

 

Lagny-sur-Marne (77)

« La région énigmatique où se structurent les réalités essentielles. »
(Maurice Corvez)

 

 

 

Châteauneuf-en-Thymerais (28)

« La quête du lieu acceptable. »
(Raymond Depardon)

 

 

 

Paris 14ème

Solution de continuité d'un parallélisme fortuit.

 

 

 

Coimbra (Portugal)

« L'homme esgaré qui ne scet où il va. »
(Charles d'Orléans)

 

 

 

Cité internationale universitaire de Paris

Les infimes traces des beuveries consuméristes.

 

 

 

Paris 3ème

De l'intrinsèque inégalité des valeurs.

 

 

 

Paris 8ème

Le juste retour des choses.

 

 

 

Paris 3ème

« J’ai longtemps cherché la ligne de flottaison de ces corps amphibies. »
(Jacques Derrida)

 

 

 

Espace Rambouillet (78)

L'enlisement des mobilités végétales.

 

 

 

Paris, cimetière du Montparnasse

La numérologie des cendres.

 

 

 

Paris, avenue du général Leclerc

« La paisible coexistence de l’espace. »
(Friedrich Hegel)

 

 

 

L'Île d'Olonnes (85)

« L'Histoire, ce petit cloaque où l'homme aime patauger. »
(Francis Ponge)

 

 

 

Lille (59)

« La dissolution du moi individuel dans l'amorphe grégaire. »
(Mario Vargas Lliosa)

 

 

 

Paris, rue Georges Lardennois

Verticalité collective globalement totalitaire.

 

 

 

Paris 14ème

« L’esquisse d’une solution du problème de l’être. »
(Jean-Paul Sartre)

 

 

 

Paris. Métro, ligne 4

Une stratégie du confinement.

 

 

 

Paris, boulevard de Clichy

« Le moment présent est déjà celui de l’autodestruction du milieu urbain. »
(Guy Debord)

 

 

 

Paris, jardin Atlantique

Du renversement de situation au dérèglement des sens.

 

 

 

Paris, jardin des Plantes

L'incomplétude des utilitarismes parallèles.

 

 

 

Paris 3ème

Du principe de parcimonie au point d'insuffisance.

 

 

 

Paris 9ème

Le labyrinthe des vanités.

 

 

 

Tourcoing (59)

La vision transversale d'un avenir unidimensionnel.

 

 

 

Paris - Institut du monde Arabe

« Le rapport de réflexion immanent du champ de la problématique
sur ses objets et ses problèmes
 »
(Louis Althusser)

 

 

 

Ready made 01

« Un élément gouvernable et modelable
au gré des besoins contradictoires de la conjoncture.
 »
(Daniel Denevert)

 

 

 

Paris 14ème

« On élimine d'abord la plaque de cuisson, la plaque dentaire et la plaque d'égout
qui n'ont rien à faire ici. Mais alors que nous reste-t-il ?
 »
(www.expressio.fr)

 

 

 

Paris, rue Didot

« Cette somme démesurée des plus alléchantes contorsions verbales. »
(Wladimir Weidlé)

 

 

 

Paris, village Saint-Paul

« Je la faisais vivre ainsi dans l'insécurité et la terreur la plus totale. »
(Louis Althusser)

 

 

 

Paris 3ème

À l'autre bout de la rue, un jour peut-être...

 

 

 

Aussois (73)

« De tels lieux n'existent pas, et c'est parce qu'ils n'existent pas
que l'espace devient une question.
»
(Georges Pérec)

 

 

 

Les Sables d'Olonne (85)

De l'électrification des bons sentiments.

 

 

 

Gâvres (56)

L'attente de l'illusoire adversaire.

 

 

 

Plage de Kerminihy (56)

Reconstruction fugitive d'un espace-temps euclidien.

 

 

 

Paracas (Pérou)

« Une dialectique du temps de travail et du temps libre. »
(Karl Marx)

 

 

 

Gravelines (59)

« L'irreprésentable du paysage et du territoire par les intrusions et les ouvertures. »
(Jean-Paul Gavard-Perret)

 

 

 

Cayeux sur Mer (80)

L'extension des territoires indéfinis.

 

 

 

Sermaise (91)

« Mais c'est ici qu'en ce moment
Commencent et finissent nos voyages
»
(Paul Éluard)

 

Sans rêve et sans réalité,
Aux images nous sommes condamnés
(Raoul Vaneigem - « La vie s'écoule, la vie s'enfuit »)

  « Errance photographique, dérive urbaine »
(Bernard Jolivalt - 2015, 2017)

 

- - -  Retour à la page d'accueil  - - -