E T   C ' E S T   ÇA   Q U E

V O U S   P H O T O G R A P H I E Z  ?

 

Vague projet photopsychogéographique

 

 

Lima (Pérou)

De la fréquentation des lointaines zones touristiques

 

 

 

Paris, boulevard de Clichy

La voie royale

 

 

 

Paris, porte d'Orléans

L'inéluctable restriction des économies minimalistes.

 

 

 

Paris, boulevard Saint-Jacques.

L'invitation au pique-nique urbain.

 

 

 

Heidelberg (Allemagne)

L'insondable mystère de la femme voilée.

 

 

 

Paris, porte d'Orléans

« Il fallait bien qu'un visage
Réponde à tous les noms du monde
»
(Paul Éluard)

 

 

 

Paris. Métro, ligne 4

Une stratégie du confinement.

 

 

 

Bergues (59)

« L’esquisse d’une solution du problème de l’être. »
(Jean-Paul Sartre)

 

 

 

Crouttes sur Marne (02)

La délimitation des espaces gravillonnaires et végétaux.

 

 

 

Paris, cimetière du Père-Lachaise

Les existences linéaires post-mortem.

 

 

 

Berlin (Allemagne)

La syntaxe du politiquement correct.

 

 

 

Le Tréport (76)

Des effets de la gravitation sur l'élément liquide.

 

 

 

Lima (Pérou) - musée MALI

Extincteur, début du XXIème siècle.

 

 

 

Aussois (73)

Des usages lacaniens de l'ontologie.

 

 

 

Cité internationale universitaire de Paris

Prolégomènes aux théories constructivistes appliquées à l'éthologie.

 

 

 

Paris, jardin Atlantique

Du renversement de situation au dérèglement des sens.

 

 

 

Paris, Jardin des Plantes

L'incomplétude des utilitarismes parallèles.

 

 

 

Paris 14ème

Les aléas de la circulation automobile.

 

 

 

Arcachon (33)

« Effleuré d'une anxiété légère, on est tenté de s'arrêter, en alerte ou, au contraire, de hâter le pas,
se disant : quelque chose va finir.
 »
(Daniel Blanchard)

 

 

 

Paris, rue des Quatre-Fils

L'horizon bouché.

 

 

 

L'Île d'Olonne (85)

Le fangeux destin du chien des Baskerville.

 

 

 

Paris, rue Georges de Porto-Riche

« Que d'endroits qui ne valent le détour que parce que
c'est la meilleure façon de les éviter !
 »
(Philippe Bouvard)

 

 

 

Gâvres (56)

L'attente de l'illusoire adversaire.

 

 

 

La côte sauvage (56)

La suprématie de la blanche plume de mouette sur la crotte baveuse du goéland.

 

 

 

Paris, rue de la Tour des Dames

Le labyrinthe des vanités.

 

 

 

Lille (59) - Tripostal

« La théorie du vide (...) n'est aucunement à rattacher au vide que l'on peut
rencontrer chez Jacques Lacan, en tant que constitution du sujet.
 »
(Vanessa Lalo)

 

 

 

Paris - Institut du monde Arabe

Des perspectives d'avenir en général et
des projections évolutives en particulier.

 

 

 

Paris 14ème

« On élimine d'abord la plaque de cuisson, la plaque dentaire et la plaque d'égout
qui n'ont rien à faire ici. Mais alors que nous reste-t-il ?
 »
(www.expressio.fr)

 

 

 

Paris, boulevard Vincent Auriol

« La révolution n’est point un dîner de gala (...)  Elle ne peut s’accomplir avec autant de raffinement,
d’aisance et d’élégance, avec autant de douceur, de calme, de respect, de modestie et de déférence.
 »
(Mao Zedong)

 

 

 

Paris, rue Didot

« Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn. »
Dans sa demeure de R'lyeh la morte, Cthulhu rêve et attend.
(Howard Phillips Lovecraft)

 

 

 

Paris, rue Georges Lardennois

Verticalité collective globalement totalitaire.

 

 

 

Paris, cimetière du Montparnasse

La numérologie des cendres.

 

 

 

Paris, jardin du Luxembourg

« La Comtesse de Ségur », par Jean Boucher (1870-1939)

 

 

 

Paris, avenue du général L.

La vie d'ici.

 

 

 

Paris 19ème

« C'est ça que Denner m'avait appris à voir dans les photos dites de rue,
comment le paysage éclaire l'homme. Et comment, en retour, il fait partie de lui.
 »
(Yasmina Reza)

 

 

 

Paris, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie

La vraie valeur de toutes choses.

 

 

 

Paris 3ème

À l'autre bout de la rue, un jour peut-être...

 

 

 

Paris 8ème

Le juste retour des choses.

 

 

 

Cayeux sur Mer (80)

L'extension des territoires indéfinis.

 

 

 

Forêt de Rambouillet

Jusque là, tout va bien...

 

 

 

Vitrac (24)

« Si loin s'étend la mort, tant elle prend de place, que je ne sais plus où mourir. »
(Emil Cioran)

 

 

 

Bagneux (92)

« Dans la cosmovision andine, les morts sont représentés comme des êtres
  sexuellement actifs, en interaction entre eux mais aussi avec les vivants. »
Notice dans la galerie des céramiques érotiques du musée Larco, à Lima.

 

 

 

La Chassagnite (19)

Vaine tentative de résolution du problème de la ligne droite.

 

 

 

Les Sables d'Olonne (85)

De l'électrification des bons sentiments.

 

 

 

Paris, rue Jean Moulin

Solution de continuité d'un parallélisme fortuit.

 

 

 

Paris 14ème

La libre interprétation de l'expérience de la trottinette de Schrödinger.

 

 

 

Paris, passage Tenaille

« Lorsque j'étais petite, je jouais sous un banc
J'ai trouvé quelque chose...
»                      
(Gérard Manset - Juliette Gréco)

 

 

 

Lille (59)

« La dissolution du moi individuel dans l'amorphe grégaire. »
(Mario Vargas Lliosa)

 

 

 

Nanteuil-sur-Marne (77)

Un drame minuscule.

 

 

 

Saint-Léger-en-Yvelines (77)

« Voyager, c'est bien utile, ça fait travailler l'imagination. »
(Louis-Ferdinand Céline)  

 

 

Saint-Andéol (09)

(...) « entre l’approximation de l’idée et la précision de la réalité,
il subsistait une petite lacune d’inimaginable, et c’était
cette lacune qui ne le laissait pas en repos.
»
(Milan Kundera)

 

 

 

Espace Rambouillet (78)

L'enlisement des mobilités végétales.

 

 

 

Paris, rue du Roi de Sicile

« J’ai longtemps cherché la ligne de flottaison de ces corps amphibies. »
(Jacques Derrida)

 

 

 

Paris, rue de Rennes

« Un oubli passager
Dans les passes d'amour
»
(Jean-Marc Buttin)

 

 

 

Lille (59)

« Au ras des rails,
un car scolaire a failli être heurté par un train.
 »
Ouest-France, 12 septembre 2018

 

 

 

Plage de Kerminihy (56)

Reconstruction fugitive d'un espace-temps euclidien.

 

 

 

Sermaise (91)

« Mais c'est ici qu'en ce moment
Commencent et finissent nos voyages
»
(Paul Éluard)

 

- - -  Retour à la page d'accueil  - - -

 

Sans le rêve et sans réalité,
Aux images nous sommes condamnés

(Raoul Vaneigem - « La vie s'écoule, la vie s'enfuit »)